Accueil
Remonter

 Agenda

Services Publics

EGLISE et CALVAIRE

20 & 21 septembre 2003 :journées du patrimoine, visites commentées de l'église St Luc .

tél. :  04 68 46 30 83

EGLISE

Edifiée en 1324, elle a été agrandie et remaniée plusieurs fois, la dernière en 1650, pour la construction du magnifique rétable. De proportions harmonieuses, elle renferme de nombreuses pièces classées par les Monuments Historiques.

D'abord chapelle, elle est devenue église paroissiale au XVIIe siècle.

- cloche de 1780 sur laquelle est écrit "nolite me pulsare cuando tonat" "ne me sonner pas quand il tonne".

- 2 bénitiers, en marbre gris, inscriptions "Lave tes fautes et pas seulement ton visage", l'une en latin, l'autre en grec ; cette dernière est un palindrome.

Rétable :

Deux parties bien distinctes en bois de tilleul recouvert d'or. Restauré en 1962.

- Le grand Rétable, de style Louis XIII, commandé en 1645 par Louis Amiel, curé de Ginestas, à Jean Noireau, architecte de Narbonne

- Le petit Rétable (central, contenant le tabernacle), commandé en 1668, par Pol Amiel, curé de Ginestas, à Cazalban, successeur de Noireau.

- Au centre, une peinture de Lavergne, artiste narbonnais, représente la Vierge dictant à St-Luc (patron de la paroisse) le mystère du Verbe Incarné.

- De chaque côté, deux peintures, toujours de Lavergne : St-Joseph et St Louis.

Dans les 4 chapelles, d'autres peintures : le Rosaire, l'Annonciation, la Cène, et St-Roch, cette dernière seule étant signée et datée : Noyer, Béziers, 1752.

Sur un pilier, une peinture murale a été retrouvée derrière la paroi d'une chaire démontée :

St-Luc écrivant . Peinture datée du XVIe.

Le Curé

Le Père Bourras, curé de Ginestas, histoire racontée par Hercule Birat, et reprise par Gaston Jourdanne, puis par Romanille, a été transformée par Daudet pour devenir Le Curé de Cucugnan.

 

 CALVAIRE

Il a été utilisé comme cimetière de 1700 à 1853. A cette date, la commune a élargi la rue et confié le terrain à la Paroisse qui a rassemblé les tombes démolies sous le tertre de terre. Les familles qui avaient des tombes ont offert les 14 stations du chemin de croix (restaurées en 1995).

Une chapelle a été érigée. C'est dans cette chapelle que se trouve le "blason mystérieux" cité par ailleurs.

Chaque année, une procession a lieu le 15 août.